tous les flux des acteurs Les flux par acteurs Les flux par mots clef Le Scoopit de Doc Biodiv

Toutes les Actus Biodiversité

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le prix moyen de l’hectare libre redescend à 9 530 €/ha en 2021, soit 22,1 % de baisse globale, mais le marché est dynamique et les prix se maintiennent voire augmentent dans certains secteurs.
Accéder à l'intégralité du contenu
Publication « Les déplacements des espèces volantes : vers la mise en œuvre d’une « Trame aérienne » dans le cadre de la politique Trame verte et bleue ?»
Vendredi 19 Août 2022
Naturae n°9

De nombreuses espèces fréquentent l’espace aérien, notamment les oiseaux, les chauves-souris et certains insectes. Ces déplacements aériens peuvent être contraints par différentes constructions humaines qui occupent sensiblement cette strate.


Accéder à l'intégralité du contenu
Asséchés au XVIIe siècle et dégradés par trente ands de maïsiculture, les marais d’Olive à Parempuyre en Gironde ont fait l’objet d’un projet de renaturation porté par Bordeau Métropole à …

Restauration des marais d’Olive à Parempuyre Lire la suite »


Accéder à l'intégralité du contenu
[France Design Week 2022][Atelier Ecodesign] ???? La Coopérative Mu est à la France Design Week ! On vous invite à nous rejoindre pour participer à un Atelier de sensibilisation à l’ éco-conception. Cet atelier collaboratif et participatif aura (...)
Accéder à l'intégralité du contenu

Les spécialistes allemands et français des tourbières ont de nombreuses occasions de se rapprocher et travailler ensemble pour les habitats tourbeux de leurs pays respectifs, présentant divers points en commun. Si le montage d’un éventuel programme commun concernant soit l’ensemble des Alpes, soit par exemple les massifs des Vosges  et la Forêt Noire reste encore à l’état d’étude ou de débat, des rencontres ont lieu cette année :

- Venue dans les Vosges de 50 personnes de la Société allemande d’étude des tourbières et de la tourbe (DGMT), à l’occasion de leur congrès annuel. Guidées par le Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine sur la réserve naturelle de Tanet-Gazon du Faing [88], elles se sont particulièrement intéressées à la réhabilitation, naturelle ou volontaire, des tourbières affectées par la présence des armées avant la 1e guerre mondiale et des combats pendant celle-ci.

- Voyage d’étude du programme LIFE Anthropofens, coordonné par le Conservatoire d'espaces naturels des Hauts-de-France, en Poméranie allemande et polonaise en septembre. Il s’agit d’échanger sur les pratiques de réhabilitation des tourbières alcalines, et de prendre connaissance des nombreuses actions du Centre sur les tourbières de Greifswald, lié à l’université de cette ville de Mecklembourg-Poméranie occidentale.

Illustration : le groupe de la DGMT sur les crêtes vosgiennes, tourbière du Gazon du Faing
Photo F. Muller, juin 2022


Accéder à l'intégralité du contenu
On sait qu et #39;il et nbsp;est difficile de cultiver du colza en bio à cause notamment des dégâts causés par les altises mais aussi sur le contrôle [...]
Accéder à l'intégralité du contenu

Le patrimoine religieux, héritage d’un passé plus ou moins lointain, constitue un patrimoine de proximité, inscrit dans notre cadre de vie quotidien à toutes et tous, tant en milieu rural qu’urbain. A la fois marqueurs de terroirs et témoins de l’histoire et de ses évolutions architecturales, ces édifices et leurs gestionnaires sont désormais confrontés à une baisse de fréquentation de ces lieux, à des difficultés d’entretien et de financement de leur rénovation.

Les CAUE, acteurs locaux oeuvrant pour la qualité du cadre de vie et la valorisation patrimoniale, sont à même de constater et de répondre à la transversalité des problématiques rencontrées par ces édifices.

 

Entretenir régulièrement pour éviter d’importants travaux de réfection

Assurer un entretien régulier des édifices permet de les préserver et parfois d’éviter d’importants travaux de rénovation. Les CAUE peuvent accompagner les élus locaux dans cette démarche en fournissant des conseils topiques ou en sensibilisant aux principales problématiques rencontrées en matière d’entretien.

Le CAUE de Seine-Maritime propose par exemple un Guide d’entretien des édifices cultuels. Ce guide méthodologique, à destination notamment des élus, présente des points d’attention particuliers à avoir et les principaux désordres rencontrés concernant : la stabilité du terrain ; la gestion des eaux pluviales (première source de dégradation) ; la toiture et la charpente ; les murs intérieurs et extérieurs ; les ouvertures … Sont aussi présentés les différents types de travaux, leur externalisation ou non, les principaux risques…

 

Sensibiliser les habitants aux richesses de ce patrimoine de proximité : un moyen de susciter un intérêt à l’échelle locale

La problématique du financement de l’entretien des édifices religieux repose à la fois sur la disponibilité de ressources financières ainsi que sur le fléchage de celles-ci. La légitimité d’un important financement pour des lieux peu fréquentés peut être interrogée localement. Outre son intérêt de diffusion culturelle, la sensibilisation patrimoniale peut favoriser une adhésion des citoyens à la préservation de leur patrimoine local.

Les actions de CAUE en la matière sont diversifiées. Il peut s’agir de guides de visite pour tous publics, à l’instar du dépliant-carte « Les églises de la reconstruction de la Manche » proposé par le CAUE de la Manche, valorisant et mettant en perspective le Label Patrimoine XXe.

L’action nationale Les Enfants du Patrimoine, la veille des Journées Européennes du Patrimoine, est l’occasion d’une sensibilisation du jeune public à ce patrimoine local et son devenir. La visite sous la forme d’enquête par des élèves de primaire de l’ancienne église Saint-Oustrille, devenue tour à tour atelier de fabrication du salpêtre, logements, entrepôts en est un exemple du CAUE du Loir-et-Cher.

 

Permettre d’envisager un renouvellement des usages des édifices religieux

Un partage ou une transformation des usages sont une piste permettant de justifier la préservation de ces édifices chargés d’histoire. Certains pourraient autrement être voués à disparaître, n’étant peu ou plus utilisés pour le culte.

Les CAUE peuvent accompagner les élus dans leurs réflexions sur le devenir des églises, en prodiguant des conseils directs ou en stimulant des réflexions communes, comme le colloque pratique “Une église, un potentiel…quel projet ?” porté par le CAUE du Calvados.

Le CAUE de Meurthe-et-Moselle a mené un important travail à ce sujet, dans le cadre d’une coopération franco-québécoise sur plusieurs années. Lors de ce travail sur le devenir des églises, impliquant la Communauté de communes Mad&Moselle, diverses actions ont été réalisées sur le territoire, dont un diagnostic des églises, une concertation des habitants et paroissiens et la publication d’un guide à destination des élus. Le bilan et les enjeux de cette dynamique inclusive et partenariale ont été restitués lors d’un colloque en 2018. Ce projet a d’ailleurs été cité par Jacqueline Gourault dans une intervention au colloque « Que deviendront les églises de nos campagnes » fin 2021 au Sénat.

 

La FNCAUE auditionnée par la mission d’information sur l’état du patrimoine religieux

La mission d’information sénatoriale sur l’état du patrimoine religieux et l’audition de la FNCAUE, le 16 juin dernier, ont été l’occasion de mettre en lumière les enjeux observés et les actions menées par les CAUE au niveau local. Présidée par Laurent Lafon (sénateur du Val-de-Marne, groupe Union Centriste), cette mission a été confiée à la sénatrice Anne Ventalon (Ardèche, apparentée au groupe Les Républicains) et au sénateur Pierre Ouzoulias (Hauts-de-Seine, groupe communiste républicain citoyen et écologiste), co-rapporteurs. Visant à examiner l’état du patrimoine religieux en France, ses menaces et les moyens de sa sauvegarde, la mission d’information a reconnu le rôle à jouer des CAUE dans la facilitation des actions territoriales de préservation et/ou de transformation. Elle recommande ainsi de “recourir aux CAUE pour évaluer l’état du patrimoine religieux et identifier les solutions possibles pour chaque édifice” (recommandation n°4).

La FNCAUE, représentée par Joël Baud-Grasset son président, Pierre Baumann administrateur et ancien président du CAUE de Meurthe-et-Moselle, Valérie Charollais sa directrice et Eléonore Chambras Lafuente chargée de mission, a souligné l’apport pluridisciplinaire et local des CAUE en la matière. La question du devenir du patrimoine religieux constitue une thématique prioritaire à l’échelle nationale.

 

Ressources :
Le rapport d’information
L’Essentiel du rapport
Les recommandations

Contact  FNCAUE :
Eléonore Chambras Lafuente, chargée de mission
eleonore.chambraslafuente@fncaue.fr

Crédit photo : Lynn-vdbr-unsplash

Cet article Les CAUE mobilisés sur le devenir du patrimoine religieux est apparu en premier sur CAUE.


Accéder à l'intégralité du contenu
nouveaux modèles économiques

Le jeudi 2 juin, La Fondation Terre Solidaire, la Convention des Entreprises pour le Climat et makesense avaient rendez-vous pour découvrir des entreprises qui inventent de nouveaux modèles économiques. Pour cette conférence, Marion Graeffly Co-Fondatrice de Telecoop un opérateur téléphonique coopératif social et responsable, Gilles Vallier co-fondateur de Kryole une solution de remorque électrique intelligente pour vélo, Vincent Auriac Président de Axylia, cabinet de conseil spécialisé dans la finance responsable et Raphaël Masbou co-fondateur de Lokki, un outil de gestion pour la location d’équipements se retrouvaient pour évoquer ce sujet. L’occasion pour chacun des intervenants et intervenantes de présenter leur modèle alternatif d’entreprise et de le questionner, tant sur ses fondements que sur son avenir.

A la base du modèle économique de chacun.es, des inspirations très différentes

Marion Graeffly a travaillé 7 ans dans l’agro-alimentaire jusqu’à sa prise de conscience : «  ça n’avait pas vraiment l’impact environnemental et social que j’aurais voulu avoir dans ma vie professionnelle » partage-t-elle. Elle décide alors de suivre un programme d’un an Associé on purpose qui permet de se familiariser avec ce qu’est l’économie sociale et solidaire. C’est ainsi de cette quête de sens qu’est né Télécoop, un opérateur télécom coopératif avec une gestion démocratique et l’idée de faire en sorte que le numérique serve  la transition écologique et non pas l’inverse.       

C’est aussi une prise de conscience chez Vincent Auriac qui est à la base de son engagement. Cette prise de conscience accélérée par la découverte de l’ouvrage Maman tu verras tu seras bien, de Jean Arcelin sur la réalité du financement et le  fonctionnement des EHPAD le marquera durablement et infusera activement le développement de son activité de conseil en finance.

Pour Raphaël Masbou et Gilles Vallier les débuts de leur aventures entrepreneuriales n’étaient pas intrinsèquement marquées par les mêmes convictions. Elles se sont en effet construites au fur et à mesure du développement de leur activité. Raphaël confie ainsi qu’au début de Lokki, l’idée était la digitalisation de la location d’équipements dans un but purement facilitateur pour les loueurs. Mais après une confrontation aux difficultés du terrain, des réflexions pragmatiques couplées à une prise de conscience grandissante, il a rapidement repensé un nouveau système de consommation d’articles sportifs basé sur la location au détriment de la possession.

Gilles admet qu’il y a 6 ans son entreprise n’a du tout pas été fondée dans l’objectif d’avoir un impact environnemental positif. Ce déclic qu’il définit comme encore en cours de maturation a été possible grâce à makesense et la Convention des Entreprises pour le Climat qui conjointement ont aidé à transformer des engagements personnels en réels objectifs de développement communs.

Valoriser une certaine forme de croissance économique qui n’aurait pas d’impact négatif, mission impossible?

De nombreuses questions traversent les projets de chacun et se recoupent, notamment la préoccupation de la réconciliation possible ou pas de l’accroissement de leur activité et d’un impact positif sur la société et l’environnement. C’est toute l’idée du concept d’entreprises régénératives évoqué par Gilles Vallier qui dépassent la vision qu’il qualifie d’une « RSE à la papa » pour tendre vers des entreprises capables d’apporter des choses positives au monde. Dans ce sens, certaines initiatives de développement semblent permettre d’encourager des organisations à impacts positifs comme certaines levées de fonds qui après audit d’impact la conditionne à la mise en place et au respect de mesures environnementales fortes.

Cependant les quatre intervenants présents admettent et soulignent très vite les limites qu’ils rencontrent dans l’équation entre croissance et impact positif. 

La question du passage du local au grand groupe souligne la difficulté de prendre des décisions dans la direction de la croissance de l’entreprise sans pour autant trahir ses objectifs. C’est notamment le cas pour Lokki et les intérêts des grands groupes qui compliquent par exemple la mise en place du système de location du point de vue de l’évaluation et de la valorisation de l’impact positif de ce système. D’autres barrières comme la réglementation viennent aussi compliquer une transformation en profondeur du système financier au regard de la facilité et de la sécurité des investissements pollueurs. Ces obstacles sont aussi grandement culturels et nécessitent du temps et la confiance des investisseurs dans les financements à impact positifs. Enfin la question de la structuration même de l’entreprise est aussi centrale ; par exemple la structure coopérative de Télécoop, sur le principe de gouvernance partagée (un sociétaire une voix à chaque assemblée générale) permet de mettre des idées au centre et de débattre, ce que d’autres structurations plus classiques ne permettent pas.

Ainsi malgré les difficultés et obstacles tous s’accordent sur l’importance de l’intentionnalité car à un moment ou un autre il y aura une décision à prendre et l’intention initiale déterminera le chemin de chacun. Il apparaît pour tous et toutes que tant que la question du profit sera au centre de leur activité, il est très difficile de penser concrètement la place de l’économie autrement dans nos sociétés. La réalité de l’entrepreneuriat, intimement lié au système capitaliste, soulève ainsi de nombreuses interrogations et contradictions que chacun s’efforce par ses convictions de concilier, au travers de nouvelles formes d’organisations, systèmes et usages. 

Pour revoir la conférence : 

Cet article Découvrez des entreprises qui inventent de nouveaux modèles économiques est apparu en premier sur Fondation Terre Solidaire.


Accéder à l'intégralité du contenu
En 2021, toutes les règles concernant les horaires d'allumage et d'extinction sont entrées en vigueur. A suivre à côté de chez vous.
Accéder à l'intégralité du contenu

Christophe Blain & Jean-Marc Jancovici
La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l’impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d’humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision…


Accéder à l'intégralité du contenu

Il y a deux ans, le 3 avril 2020, alors que nous étions confinés, nous avons décidé en famille de créer un espace potager devant chez nous sur une plate bande enherbée mais relativement pauvre en vie. Le constat des nombreux passage de tracteur tondeuse tondant à ras ces espaces depuis des années. Alors, dans […]

L’article Créer une Zone d’Activité Nourricière (ZAN) est apparu en premier sur Les Incroyables Comestibles.


Accéder à l'intégralité du contenu
Pour une agriculture durable et des campagnes vivantes, la France a besoin d'un million de paysan·nes. C'est l'objectif du pôle InPACT (Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale), qui regroupe dix structures agricoles et citoyennes. Notre billet est à lire sur le site de Mediapart. - 4. Actualités
Accéder à l'intégralité du contenu

Les parcs, territoires d’expérimentation et de recherche


Accéder à l'intégralité du contenu

Les 15 et 22 mars 2020, nous élirons les membres des Conseils municipaux. Certains de ces élus siégeront au Conseil communautaire de la Communauté de Communes du Pays Viganais et dans les différentes commissions (développement économique, vie locale, tourisme, déchets, culture et sport, etc.). Voter pour tel/le élu/e municipal/e est décider des choix pour sa commune qui, en l'occurrence, a encore la compétence eau et assainissement mais aussi de la politique mise en œuvre par la Communauté de communes, au travers de ses compétences s'imposant aux communes : gestion de l'eau et de son retraitement, collecte et traitement des déchets, …..

Face à l'urgence climatique, deux nécessités s'imposent. Mettre en œuvre des actions et des politiques afin de limiter notre impact écologique et préparer nos territoires à affronter les « catastrophes » annoncées. Le groupe des Amis de la Terre Pays-viganais a choisi 7 thématiques en lien avec les enjeux écologiques et environnementaux dont la prise en compte relève de la responsabilité de la commune ou de la Communauté de Communes.

Non exhaustifs, ces quelques axes d'engagements concernent le renforcement de la démocratie locale, la préservation de nos biens communs (ressource en eau de qualité, préservation des terres agricoles pour une agriculture biologique , …), le développement des transports en commun, la réduction et le tri des déchets, ….

Nos questions s'adressent aux membres des listes se présentant aux élections municipales et aux habitants des communes du Pays viganais.

Aux membres des listes : Pour s'engager publiquement à initier, soutenir et accompagner des initiatives afin d'expérimenter de nouveaux modes de savoir vivre ensemble prenant en compte les réalités liées aux changements climatiques. Nous publierons leurs réponses ou non réponses.

Aux habitants : Pour contribuer et être informés afin d'obtenir un engagement municipal évaluable sur la complexité de la transition climatique et ses conséquences, pour une meilleure appréhension de leurs responsabilités au quotidien, vis à vis de leur territoire, de leurs concitoyens, et de leurs enfants.

Si vous nous en faîtes part, vos propositions pourraient étoffer notre interpellation.

Adresse postale Amis de la Terre- Pays viganais - Mairie, 1, place Quatrefages de la Roquète, 30120 Le Vigan

Sur le marché du Vigan, un samedi sur deux au stand des AT, prochain stand le 08 février 2020.

Adresse mail : paysviganais30@amisdelaterre.org

Site : https://www.amisdelaterre.org/-Pays-Viganais-.html

Démocratie communale et intercommunale Êtes-vous prêt.e à :
- Signer la charte Anticor ? https://www.anticor.org/2019/10/22/les-30-propositions-danticor-pour-des-communes-plus-ethiques/

À mettre en place des outils de démocratie directe et participative et des mécanismes de contrôle citoyen ?
- La votation, les référendums (ces consultations ayant valeur de décision)
- Le tirage au sort
- Différents Conseils consultatifs et/ou extra communaux, temporaires ou/et permanents - Conseils de quartiers (gestion citoyenne de budgets), Conseils des Jeunes, des Anciens À ce que les Conseils municipaux et intercommunaux :
- Produisent des documents préparatoires aux réunions bien en amont (avant les 5 jours minimum prévus par le Code général des collectivités territoriales) ?
- Donnent la parole au public lors des suspension de séance ?mocratieSigner la charte Anticor ?

Énergie

Êtes-vous prêt.e à :

- Interdire le passage de rallyes sur le territoire de votre commune ?

- Souscrire auprès d'un producteur d'énergie renouvelable ? https://www.guide-electricite-verte.fr/

- Engager votre commune dans un processus d'autonomie énergétique en investissant dans une production locale d'énergie ( bois, solaire, hydraulique, éolien, méthanisation, etc.) sur fonds publics et/ou à travers une coopérative citoyenne, ce sans artificialisation de terres agricoles ?

- Encourager l'installation de panneaux solaires pour la production d'eau chaude lors d'une demande de permis de construire et utiliser cette technique pour les bâtiments publics nécessitant de l'eau chaude (école, salle des fêtes, etc.) ?

Transport

Êtes-vous prêt.e à :
- Développer des aires de covoiturage et mettre en place l'organisation et la promotion du partage des trajets à travers l'outil informatique mais aussi l'inscription en mairie pour les personnes n'ayant pas accès ou ne maîtrisant pas cet outil ?

- Travailler au sein de la communauté de communes et avec des associations afin de peser sur les politiques de transport public de la Région dans le but d' ? Instaurer une gratuité totale du système de transport régional ?

- Augmenter le nombre de navettes vers Ganges, Nîmes, Montpellier et Alès ?

- Imaginer un transport public à la demande (TAD) pour desservir les villages et les hameaux isolés comme le pratique déjà de nombreuses collectivités ?

Agriculture

Êtes-vous prêt.e à
- Soutenir l'installation d'agriculteurs, maraîchers, éleveurs, en Agriculture Biologique : appui de la municipalité, aide à la recherche de foncier privé, création et mise à disposition de réserves foncières communales ?

- Prioriser la vocation des Zones agricoles et Naturelles dans les documents et zonages d'urbanisme communaux et intercommunaux ?

- Interdire aux privés, agriculteurs, entreprises, les épandages de pesticides (herbicides, fongicides, insecticides, etc...) à une distance de moins de 150m de toute habitation ou bâtiment public, sauf dérogation ponctuelle, exceptionnelle et justifiée ( pullulation de la processionnaire du pin, invasion de mérule, etc...), avec, dans ce cas, information de la population (panneaux, site internet et bulletin communal) ?

Déchets :

Êtes-vous prêt.e à :
- Sensibiliser la population sur le tri à la source et la réduction de leurs déchets, compostage, campagne zéro déchets… ?

- Accompagner la population sur les alternatives aux plastiques et la suppression de la vaisselle jetable.

- Traiter les déchets à la source pour les réduire et les valoriser au plus près des sites ?

- Installer dans l'espace public des poubelles adaptées au tri sélectif ?

Dépenses publiques vertes

Êtes-vous prêt.e à :
- Fournir assiettes, couverts et verres non jetables lors des manifestations dans la commune ?

- Utiliser des produits bio non toxiques pour l'entretien des locaux municipaux et scolaires ?

- Regrouper les achats entre différentes communes pour ce qui concerne les consommables et bien sûr bio et local si possible ?

- Créer un regroupement entre communes proches pour l'achat et l'utilisation de gros matériel ?

L'eau

Êtes-vous prêt.e à
- Refuser que l'eau, bien commun, tombe dans les mains d'opérateurs privés et à consulter la population concernée pour tout projet de changement de gestion ?

- Effectuer les analyses de l'eau distribuée pour qu'elles puissent être comparées à celles figurant sur les eaux en bouteille afin de laisser un vrai choix à la population et effectuer la recherche des pesticides, des perturbateurs endocriniens et des médicaments ?

- Encourager l'installation de récupérateurs d'eau de pluie, pour le privé comme pour le public, de même que l'installation de toilettes sèches ?

- Instaurer un malus pour les gros consommateurs ainsi que la gratuité pour les premiers mètres cubes consommés ?


Accéder à l'intégralité du contenu
Appel à projets - Durabilité des systèmes de productions agricoles alternatifs évitant ou limitant l’utilisation des produits phytopharmaceutiques L’ambition de cet appel à projets est de faire évoluer les méthodes et outils existants, d’intégrer des dimensions nouvelles. Il...
Accéder à l'intégralité du contenu

ITTECOP (Infrastructures de Transports Terrestres, ECOsystèmes et Paysages) est un programme incitatif de recherche conduit par le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES), en coordination avec l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME). Son objectif principal est de confronter les enjeux techniques des ILTe (Infrastructures de transport et leurs emprises), routières, ferrées, fluviales ou énergétiques, et leurs interfaces avec les territoires (gares, ports, aéroports, etc.) en incluant les dimensions paysagères et écosystémiques.

 

Télécharger la plaquette de présentation


Accéder à l'intégralité du contenu